LA MOTIVATION AU TRAVAIL : Un avantage pour le salarié, un atout pour l’entreprise !

equipe-travail-motivationToutes les études le disent : la majorité des gens aiment leur travail et y sont très attachés, mais cela peut aussi être une source de souffrance. La motivation au travail résulte d’un équilibre à la fois personnel et professionnel qui est propre à chaque individu (travail, famille, objectif de vie…). Une fois cet équilibre ébranlé, cela peut devenir une difficulté dans l’entreprise et en dehors.

 

La « motivation intrinsèque », le « sens », la « reconnaissance », la « confiance » sont des ingrédients essentiels de la motivation au travail. Mais ces éléments à aux seuls ne suffisent pas. La Motivation nous dit Claude Levy-Leboyer « n’est pas un état stable, mais un processus, toujours remis en question », elle résulte d’une Alchimie complexe entre la motivation intrinsèque celle qui permet d’exercer une activité dans le but d’obtenir une satisfaction personnelle, les conditions de travail et les relations au travail.

Pourquoi la motivation se perd ? Petit focus sur les causes de la démotivation au travail …

  • Quel que soit le secteur d’activité, les entreprises font face à des tensions : pour être rentable, pour « survivre » l’entreprise doit faire des économies qui impactent la charge et le rythme de travail : le fameux « Faire plus avec moins ». Et lorsque rythme de travail et la charge deviennent trop élevés, même le travail le plus épanouissant peut devenir éprouvant.
  • La deuxième cause d’une motivation en berne est liée aux relations humaines. Par essence, l’homme est avide de contacts, de reconnaissance, de gratifications morales. Mais c’est aussi sources de tourments : si les relations au travail avec son manager, son collègue viennent à se détériorer, l’ambiance au travail peut devenir pesante, le climat tendu…et le plaisir que l’on peut éprouver au travail s’altère.
  • Mais aussi avec le temps, la passion du début pour son travail peut elle aussi se déliter et ne pas résister à la routine.

Une motivation en panne, comment on la redynamise ?

Face à la perte de motivation  des solutions existent…Différentes stratégies ont été mises en évidence par des sociologues et des psychologues, ils se rejoignent pour dire que pour faire face à la frustration, 3 postures existent :

Le Service Social FOCSIE fort de son expérience en interentreprises intervient et prévient dans ces situations

Un accompagnement individualisé du salarié et de l’employeur avec l’assistante sociale du travail dans la recherche de solutions

Grâce à son évaluation globale de la situation du salarié (vie privée et vie professionnelle) et une méthodologie d’intervention, l’assistante sociale va proposer un accompagnement adapté à la situation du salarié. Dans un espace d’écoute empathique, le salarié peut s’exprimer en toute confidentialité, être soutenu dans une prise de distance de ses difficultés et dans la mise en œuvre d’actions concrètes visant à enrayer une baisse de motivation, à déployer son potentiel…

Le conseil à l’entreprise

Son partenariat avec les acteurs internes à l’entreprise (services RH, managers de proximité…), sa connaissance de l’entreprise et de sa politique sociale permettent à l’assistante sociale de conseiller l’entreprise, d’être force de proposition dans la recherche de solutions, de mesures organisationnelles qui peuvent contribuer à l’amélioration de la motivation au travail : réorganisation des tâches, changement de poste, nouvelle méthode de management ou de collaboration, télétravail…

L’intervention collective

Son analyse et ses préconisations permettent de mettre en place des actions pour développer la synergie de groupe.

Parler de son travail, s’exprimer sur son travail aide à prendre conscience de ses motivations. L’assistante sociale peut vous accompagner pour créer des ESPACES où LA PAROLE de chacun est prise en compte afin de :

  • Parler de ses activités professionnelles, de la réalité des tâches, de son engagement, des agacements, ce qui motive,
  • Écouter, accueillir, comprendre, déplacer ses points de vue, sortir du jugement moral, ajuster, être d’accord et ne pas être d’accord,

Dans un cadre qui garantit la sécurité indispensable à cette nature d’échanges (critères de confiance, de bienveillance).

Parler du travail est une activité à part entière qui construit, développe, maintien le collectif de travail, pour mieux travailler ensemble. C’est un facteur important du bien-faire ensemble et donc du bien-être au travail.

*Source : Sciences humaines n°308 – Nov 2018

Isabelle CHOLLET
Assistante sociale du Travail FOCSIE LE MANS.

N’hésitez pas à nous contacter :

Je souhaite recevoir la newsletter de Focsie

* Champs obligatoires