Célébrer le travail ne reviendrait-il pas à œuvrer au maintien en Emploi ?

Le saviez-vous ?

Fête du travailEn ce mois de mai, il nous semblait important de revenir sur une journée qui marque l’histoire de notre territoire français : la fête du travail.

Cette journée qui est fériée depuis 1947 se confond avec la journée internationale des travailleurs qui tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de 8 heures à la fin du XIX ème siècle.

En 2016, selon l’enquête Emploi, la population active au sens du Bureau Internationale du travail (BIT) est estimée à 29.6 millions de personnes de 15 ans ou plus en France (Hors Mayotte). Le taux d’activité * des personnes de 15 à 64 ans s’établit à 71,4 % en 2016 en France (hors Mayotte).

Selon le scénario central des projections de population active de l’Insee, le nombre d’actifs de 15 ans ou plus de France devrait progresser dans les prochaines décennies pour atteindre 31,2 millions en 2040.

Aussi, il apparaît important, dans ce contexte d’augmentation de la population active et de mutation du Travail, de mettre en exergue la question du maintien de l’employabilité, du maintien en Emploi et plus largement de la prévention de la désinsertion professionnelle.

Le service social du travail est un des acteurs de la prévention de la désinsertion professionnelle.

En effet, la santé au travail mais aussi la mobilité professionnelle, le bore-out et même le burn-out sont autant de thématiques voire même de risques à la désinsertion professionnelle.

Avec l’allongement de la durée du travail dans une carrière, le maintien de l’employabilité est également un enjeu majeur.

Si de prime abord, les entreprises sont outillées de par leur service RH et service de santé au travail pour accompagner les salariés, il n’en demeure pas moins que le service social du travail apporte une plus-value certaine dans ce contexte.

Un.e salarié.e qui s’interroge sur son parcours professionnel, et qui commence à ressentir les prémices de l’ennui dans son activité va pouvoir solliciter le service social du travail. L’assistant.e social.e mettra en œuvre une écoute active et favorisera la prise de recul quant à son parcours professionnel.

Ensemble et avec l’accord de la personne, un plan d’action pourra être établi. Par exemple, solliciter le service RH pour la mise en œuvre d’une formation. Le service social du travail veille à accompagner les salarié.e.s tout au long de leur projet. Une formation peut générer des freins (garde d’enfants, impacts budgétaires…). Des solutions pourront être apportées pour lever les freins au projet d’évolution professionnelle et donc éviter ainsi le risque du bore-out. Ce en collaboration avec le service RH.

Focsie et Focsie Centre sont à votre disposition pour vous accompagner dans le cadre de la prévention de la désinsertion professionnelle.

*Taux d’activité : Rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population.

Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303384?sommaire=3353488

Ericka LAGOUTTE Conseillère Technique FOCSIE CENTRE BOURGES

N’hésitez pas à nous contacter :

    Je souhaite recevoir la newsletter de Focsie

    * Champs obligatoires